Application Causes sur Facebook (et MySpace)

25 01 2010

Je suis de retour après un certain délaissement de mon blogue.  Je compte me prendre en main et essayer de poster plus souvent ! J’essaie toujours de vous dénicher de belles initiatives en matière de marketing sociétal, mais je suis ouverte aussi à vos suggestions et à vos commentaires.

C’est en feuilletant mon plus récent achat en matière littéraire (Social media marketing for dummies…oui, je l’avoue!) que j’ai découvert une application développée pour Facebook et MySpace.  L’application Causes peut être téléchargée à partir du site www.causes.com et est ainsi ajoutée à votre profil.  La plate-forme permet d’informer nos amis de nos dons et de recruter d’autres gens qui se joindront ensuite à la cause.  Vous pouvez d’ailleurs vous-même lancer vos causes selon ce qui vous touche tout particulièrement.

Mon opinion: l’application est super simple à installer et à utiliser. Elle vous permet de chercher leur genre de cause sociale pour laquelle vous désirez contribuer.  Que ce soit pour la préservation de l’environnement, l’aide à la recherche sur le cancer, l’accès à l’éducation pour de jeunes africains, vous trouverez assurément une cause qui vous touche.  Point intéressant

Mon expérience: Avec les terribles événements qui ont eu lieu récemment à Haïti, l’occasion se présentait donc à ce que je teste l’application.  J’ai mis la main à la pâte en donnant 10$ pour la cause.  Un numéro de carte de crédit, une page sécurisée, quelques minutes et le tour est joué.  Vous pouvez également donné du «pourboire» à l’équipe qui s’occupe de gérer les dons pour la cause et qui travaille donc d’arrache-pieds en ce moment.

Je conseille donc à tout le monde d’ajouter l’application et de contribuer à une cause quelque soit vos intérêts.   Super simple, super sécuritaire, super innovateur.  Le temps des téléthons est révolu.  Faisons maintenant place aux Facebookthons !

Publicités




Flashmob pour HEC Montréal

4 12 2009

L’expression «flashmob» (foule éclair ou mobilisation éclair) est le «rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance avant de se disperser rapidement.»  Bien que plus facilement réalisable de nos jours puisque les« flashmobs» bénéficient d’un bon coup de main de la part d’Internet, le phénomène a existé bien avant l’ère des technologies telle qu’on la connait aujourd’hui.

Fait intéressant: Nos voisins du sud ont eux aussi connu  leur «flashmob» en 1968 que l’on appela le «Funeral Train» suite à l’assassinat de John F. Kennedy. Un «flashmob» d’un million de personnes étalé dans le temps selon les kilomètres (dû au parcours du train).

De nos jours, la mobilisation de foule éclair découle généralement de rassemblements organisés via des médias sociaux ou des emails viraux; la plupart des personnes ne se connaissant pas à l’origine.

Les étudiants de HEC Montréal a récemment exploité le concept en organisant un «flashmob» pour démontrer leur appui à une cause environnementale.  Une mobilisation «pour la planète» en vue du sommet de Copenhague (rencontre des pays industrialisés pour le phénomène des changements climatiques) qui se tiendra le 7 décembre si je ne m’abuse.  L’impact du vidéo sera toutefois proportionnel à son nombre de visionnement.  Croyez-vous le phénomène s’efflouflera légèrement avec la quantité, ma foi assez importante, de flashmob et de lipdub qui ont été réalisés dernièrement.  Au départ, le phénomène bénéficiait d’un grand engouement (avec la diffusion d’un lipdub de Montréal à Oprah, je crois).  Allons-nous nous tannés dans un futur très rapproché ?

LE FLASHMOB DE HEC MONTRÉAL

Je vous met également en lien le site web concernant le sommet de Copenhague 2009.

Et vous, trouvez-vous qu’il s’agit d’un bon moyen pour promouvoir une cause ?





Twitter devient rouge pour la journée mondiale du SIDA

1 12 2009

Pour la première fois de son histoire, Twitter a décidé de marquer l’événement important qu’est la journée internationale du SIDA à sa façon en modifiant la couleur de sa page d’acceuil.  Pour l’occasion, c’est la couleur rouge qui sera utilisée.  En rajoutant la mention #red à ses tweets, les utilisateurs ont la possibilité de changer la couleur de leurs messages en la rendant rouge. Certains utilisateurs populaires tels que Ashton Kutcher (plus de 4 000 000 de followers sur Twitter) ont emboité le pas dans la promotion de cette journée.   Il tweet d’ailleurs  »10% of world population is in Africa. 67% of all HIV cases are there. Get involved #red »

Il est également possible d’ajouter à sa photo Twitter un ruban rouge virtuel (pour le World Aids Day).  Le ruban, connu sous le nom de Twibbon (Twitter-Ribbon) se retrouvera dans le haut de la photo des utilisateurs à chacun de ses tweets.

Vous pouvez visiter le www.worldAIDSday.org pour montrer votre support et prendre connaissance de différentes histoires vraies concernant le HIV.

Belle initiative de Twitter de modifier sa plate-forme d’échanges sociaux pour l’occasion.  Des grands joueurs du web comme Google utilise également cette stratégie à divers moments de l’année en modifiant son logo sur sa page d’accueil pour promouvoir différentes causes ou événements importants.  Comme quoi le web peut aussi avoir sa place dans la promotion de cause sociale.





The Uniform Project

24 11 2009

Le nom de Sheena Matheiken ne vous dit probablement absolument rien.  Depuis mai 2009, elle publie pourtant à chaque jour des photos d’elle sur son propre site.  Le mystère a assez duré ?!

D’accord.

Il s’agit d’une jeune indienne d’origine (qui réside maintenant aux États-Unis) qui a eu l’idée farfelue de porte la MÊME robe pendant toute une année (oui!oui! pendant 365 jours) afin d’amasser des dons pour l’Akanksha Foundation.  Pourquoi avoir choisi cette fondation? Ayant été sur les bancs d’école indien, Sheena a compris l’importance de pouvoir offrir à tous les enfants de ce pays une chance égale d’accéder à l’éducation qui feront d’eux de meilleures individus en société.  Le projet uniforme servira entre autre à financer l’achat d’uniforme et de matériel scolaire pour les enfants défavorisés des bidonvilles indiens.  On comprend maintenant le lien entre l’achat d’uniforme et le fait de porter le même morceau de vêtement durant toute une année.

Elle décrit son projet comme suit: «1 dress. 365 days. An experiment in Fashion Philanthropy.»  Sa passion pour la mode émerge bien sûr de tout son projet.  En plus d’inviter les internautes à envoyer des dons pour la fondation, elle les invite également à lui envoyer des accesoires afin d’égayer la petite robe noire qu’elle devra jour après jour reporter.  Jusqu’à maintenant, le projet a permis à Sheena Matheiken d’amasser la rondelette somme de 30861$ (en date du 24 novembre 2009).

Avec tout le phénomène entourant le film à succès Slumdog Millionaire et la place prépondérante maintenant accordée aux réseaux sociaux dans nos vies, on comprend pourquoi le projet a autant de succès jusqu’à présent.  En plus de  contribuer à la vie de jeunes indiens, elle est une véritable inspiration mode.

Son site

Sa page Twitter

Sa page Facebook

Ses photos Flickr

PSSSST: En fait, Sheena a 7 différentes répliques de la petite robe noire (une pour chaque journée de la semaine).  Il s’agit de la designer et amie de Sheena, Eliza Starbuck qui a réussi le tour de force de créer une robe noire pouvant être portée à l’année longue.