Le comment du succès d’une campagne sociétale sur les médias sociaux

31 05 2010

Rebonjour chère blogosphère,

D’abord, veuillez pardonner mon manque d’assiduité ces derniers temps au niveau de mon blogue.  Pleins de sujets intéressants me glissent sous le nez, mais le temps me manque pour répertorier le tout ici.

Bref, cet article se veut être un «en-vrac».

1. Ça va s’en dire, il n’existe aucune recette gagnante pour obtenir du succès sur les médias sociaux.  Que ce soit pour une campagne traditionnelle ou pour une campagne liée à une cause sociétale, il n’y a pas de mode d’emploi.  On essaie des trucs, on y va à tâtons, par essais et erreurs.  Bref, le tout est bien plus pratique que théorique.

MAIS, MAIS, mais… il y a certaines règles ou étapes qui sont garantes de succès. D’ailleurs, sur le site de Mashable.com (une référence À CONSULTER assidument pour tout ce qui concerne le web et la technologie), on a récemment publié un article sur quelques trucs à utiliser afin d’obtenir du succès pour ce genre de campagne.

Dans 8 Tips for a Successful Social Media Cause Campaign, on y va de conseils tels que:

– Établir un thème fort

– Prévoir une association avec un joueur puissant des médias sociaux

– et bien sûr, continuer les efforts post-campagne

Bref, ce n’est pas la science infuse, mais ce sont tout de même de bons guidelines.





Les initiatives de marketing sociétal bien récompensées aux derniers Créa

1 04 2010

Les initiatives de marketing sociétal sont souvent considérées comme dans une classe à part.  Pour la plupart des gens, la perception par rapport à ce genre d’opérations marketing est assez mauvaise.  Bref, on pense sollicitation par des dons du type Vision Mondiale, par exemple.  Les professionnels de la communication marketing ont certes cette année su réinventer la roue.

La preuve: plusieurs initiatives ultra originales ont remportées des prix au plus récent concours des prix Créa, gala récompensant la créativité en publicité et ce, sur tous les supports médias.

PRIX PUBLICITÉ À SAVEUR SOCIÉTALE


Prix Coup de Coeur

The Underdog Club: faire le beau avec… du laid
Cossette, avec une campagne de marketing et de relations publiques, a réussi à donner de la visibilité à l’organisme The Underdog Club, un refuge pour animaux.

Grand prix Campagne intégrée

Alpha – Mots dépôt

Pour la fondation pour l’alphabétisation, l’agence Bleublancrouge a conçu une campagne intégrée afin de recueillir des dons.  La méthode était des plus créatives.  En achetant des mots en ligne, les gens pouvaient contribuer à la fondation.  La porte-parole, Marie-France Bazzo, a d’ailleurs elle-même acheté le mot «pourquoi».  Le concept d’achat de mots a été poussé au point où une machine distributrice de mots a été installée à Montréal.

Prix Campagne Intégrée

Campagne jeu excessif

Encore une fois, le Ministère de la Santé et des Services Sociaux débarquent avec une nouvelle campagne concernant le jeu excessif.  Lg2 se démarque encore avec une campagne touchante ayant comme lien dans chaque exécution la fameuse carte à jouer.

Grand prix- Affichage services publics

Église catholique de Montréal

Initiative marquante de l’agence Bos pour l’Église catholique de Montréal où l’on cherche à concilier les message de l’institution avec les réalités modernes.

Comme quoi, il est possible d’être créatif et de faire de la communication marketing en ligne pour des compagnies sociales.

Pour tous les résultats de la dernière édition des prix Créa, cliquez ici.





Le drive-to-web via la pub télé ou l’affichage

8 03 2010

J’ai mis un certain temps à réfléchir avant d’écrire et de publier cet article.  J’ai longuement songé à l’angle que je souhaitais emprunté pour présenter cet enjeu majeur de la communication en général.  C’est fait… je crois que j’ai trouvé.

Il existe un espèce de phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur au niveau de la publicité.  Je traiterai bien sûr de ce phénomène, mais à la sauce plutôt marketing social.  Plusieurs pubs télé ou panneaux d’affichage utilisent dorénavant la technique du drive-to-web.  En d’autres mots, on «plogue» dans un message des faits chocs, des images un peu troublantes, une atmosphère mystérieuse et, la cerise sur la sundae, une adresse web qui réfère au site de la cause en question.  Est-ce une recette miracle ou un met qu’on a peine à sentir ?

Deux exemples me viennent ici en tête: ceux de lexpertiseaunprix.com et de tasjuste1vie.com.

Je remets sérieusement en question l’efficacité de cette méthode pour plusieurs raisons.

1. Dans un monde où on est constamment bombardé de messages publicitaires et où l’attention est difficile à capter (sans compter l’intérêt du destinataire du message), je me questionne à savoir si cette méthode fonctionne vraiment.

Mise en situation: Vous êtes assis dans votre divan bien douillet après une longue journée au boulot et ce, dans le but premier de vous divertir en écoutant votre téléroman favori.  Vous voyez un message publicitaire qui est un peu vague et qui vous mentionne une adresse web à la toute fin.  Est-ce que votre premier réflexe serait de spontanément vous lever ? Iriez-vous consulter cette page web à titre informatif ? Et si vous ne le faites pas sur le champ, est-ce qu’il y a vraiment des chances que vous le fassiez dans un futur plus ou moins rapproché ?

Personnellement, j’en doute.

Même chose pour l’affichage en autobus, dans le métro.

2. Je doute également de l’efficacité du placement média dans certaines campagnes.  Par exemple, dans le cas de la campagne de tasjuste1vie.com, on diffusait la publicité drive-to-web sur les ondes de Musique Plus entre autre. Peut-être devrais-je voir le tout comme une pub de rappel supportant simplement la campagne «online».  Je vois plutôt ça comme de la dilapidation de budget publicitaire.  Ne serait-ce pas plus efficace que d’aller chercher les gens directement où ils sont et au moment où ils seront disposés entièrement à consulter le site web ?  I.e. publicité online.  Cela serait encore plus valide puisqu’on parle ici d’un public cible d’ados/jeunes adultes qui ont une consommation de temps en ligne assez impressionnante.

3. L’avenir de la téléphonie mobile dans le drive-to-web.  Le seul espoir de porte de sortie que je vois pour le drive-to-web via affichage et pub télé est la téléphonie mobile.  Tout devient alors plus simple.  On est assis en bus, en métro (pour se dire les vraies choses, on a rien de mieux à faire que de scruter les voisins de siège ou de «gosser» sur son téléphone portable).  On voit une affiche publicitaire… on est intrigué et hop! on tappe l’adresse par simple curiosité.  Malheureusement, le pouvoir de la téléphonie mobile n’est pas encore exploité à son plein potentiel et cela demeure encore un peu utopique que de croire que la vie est si simple !

En somme, le drive-to-web via la pub télé ou l’affichage est à mon avis une technique qui tend de plus en plus à être dépassée.  On devra maintenant aller chercher les gens là où ils sont et quand ils seront prêts; le tout en ligne.

Ma question:

Ça fonctionne avec vous le drive-to-web de la sorte ? (ou c’est moi et ma paresse ;P)

En lien:

Un beau site concernant le débat sur la campagne de l’expertise à un prix et Une des pubs pour lexpertiseaunprix.com.

Pour tasjuste1vie.com, je n’ai pas trouvé les pubs les plus récentes, mais voilà d‘anciennes pubs





Intégration du commerce électronique dans les entreprises

3 02 2010

Bon, je dévie un peu du sujet principal de mon blogue aujourd’hui.  Je me permets quand même d’en parler parce que 1 j’ai besoin d’évacuer mes «frustrations à ce sujet» et que 2 l’entreprise concernée est une coopérative.  On parlera donc ici des Caisses Populaires Desjardins.

Desjardins fut l’une des premières entreprises de services financiers à rendre disponible à ses utilisateurs une plate-forme de gestion de leurs comptes et ce, en ligne.  Jusqu’ici, tout va bien.  On constate même que Desjardins font des efforts CONSIDÉRABLES pour développer leur commerce en ligne.  On y retrouve des blogues adaptés à différentes clientèles, on y retrouve des vidéos explicatifs sur différents sujets, on y retrouve même de la webtélé.  Il y a des concours en ligne.  Ils ont un compte Twitter (qui est relativement bien exploité).  Ils ont même des formulaires de demande en ligne (carte de crédit, marge de crédit, prêt, etc.)

Vu mon statut d’étudiante, j’ai récemment fait une demande de marge de crédit en ligne.  Je trouvais ça cool à faire en ligne et c’était super simple.  Un représentant de ma caisse devait me rappeler dans les prochaines 24 heures ouvrables.  WOW!  Je trouvais ça si facile puisque je n’étais pas obligée de retourner dans mon coin de pays d’origine (i.e. la charmante municipalité d’Acton Vale).  Économie de temps, d’argent et franchement plus écolo ;)  Jusqu’ici encore, tout allait bien dans le meilleur des mondes.

On arrive ici au point culminant de mon intervention (lire montée de lait).  Tout s’est gâché quand la représentante de la caisse m’a téléphoné.  Le courant technologique que Desjardins tente d’emprunter en ligne est en AUCUN POINT cohérent avec ce qui se passe dans les succursales.

LA PREUVE

Entendu chez Desjardins:

FAIT COCASSE 1:

Moi: «Oui, j’ai fait une demande de marge de crédit en ligne.»

Madame Desj: «Aaah.  J’étais pas sûre.  Je comprenais pas trop.  Personnellement, je suis jamais allée voir la page et le site en ligne.»

Moi: «Euh. ok» (dans ma tête.)

FAIT COCASSE 2:

Moi: «Si vous avez des questions, c’est plus facile de me rejoindre par courriel que par téléphone vu que je suis à l’école et tout.»

Madame Desjardins: «C’est très rare que j’utilise les courriels.  Je trouve ça beaucoup plus long que le téléphone.»

Moi: «Ahhh ouin. Comment ça?»

Madame Desj: «Je suis vraiment nulle en français et ça me prend plus de temps à écrire un message qu’à parler au téléphone pcq je dois corriger mes fautes.»

Tout simplement A-BER-RANT.

Je ne sais pas si c’est le manque de formation de Desjardins à ses employés, si c’est le manque de compétence de ses employés ou si c’est le fait que ce soit une petite caisse de campagne.  Je leur laisse le bénéfice du doute… du moins, pour cette fois.  Je ne faisais finalement que tester le système cette fois-ci et le test a carrément été échoué.

Est-ce normal que ce soit moi qui doivent éduquer leurs employés?

D’un autre côté, je me dis qu’on ne doit pas rester dans notre d’ivoire et qu’encore aujourd’hui, ce n’est pas tout le monde qui est même capable d’ouvrir un ordinateur.  Reste que c’est quand même décevant de voir des efforts d’une entreprise en surface (sur le site web), mais que les RH ne prennent pas le courant.

Au moins, c’est grâce à des situations comme ça que je me dis que j’aurai du travail lorsque je finirai mes études.

Vous avez des idées de processus facilitant l’intégration du commerce en ligne chez Desjardins ?

Des situations cocasses vous sont arrivés à vous aussi par rapport au service à la clientèle ?

Vous me conseillez d’appeler le service à la clientèle de Desjardins pour faire le commentaire (i.e. une genre de plainte) ?

Je veux vous entendre.





10 grains de riz

28 01 2010

Selon les Nations Unies, un enfant dans le monde meurt de famine (ou causes reliées) toutes les 6 secondes. Le programme est une collaboration du United Nations World Food Programme et du Berkman center for Internet & Society at Harvard University.

La plate-forme web de FreeRice n’est pas nouvelle.  Elle a en fait débuté en 2007.  J’ai tout de même voulu vous en parler, car je trouvais que c’est une  initiative super.

Le fonctionnement: En répondant correctement à des questions (ex.: vocabulaire), des commanditaires remettent 10 grains de riz à des peuples dans le besoin.  10 grains de riz, ça peut vous sembler très peu.  Par contre, je peux vous garantir que vous ne vous arrêterez pas après une seule question, tellement c’est addictive.

Participez et donnez-moi des nouvelles ! À combien de grains de riz vous êtes-vous rendus ?





Application Causes sur Facebook (et MySpace)

25 01 2010

Je suis de retour après un certain délaissement de mon blogue.  Je compte me prendre en main et essayer de poster plus souvent ! J’essaie toujours de vous dénicher de belles initiatives en matière de marketing sociétal, mais je suis ouverte aussi à vos suggestions et à vos commentaires.

C’est en feuilletant mon plus récent achat en matière littéraire (Social media marketing for dummies…oui, je l’avoue!) que j’ai découvert une application développée pour Facebook et MySpace.  L’application Causes peut être téléchargée à partir du site www.causes.com et est ainsi ajoutée à votre profil.  La plate-forme permet d’informer nos amis de nos dons et de recruter d’autres gens qui se joindront ensuite à la cause.  Vous pouvez d’ailleurs vous-même lancer vos causes selon ce qui vous touche tout particulièrement.

Mon opinion: l’application est super simple à installer et à utiliser. Elle vous permet de chercher leur genre de cause sociale pour laquelle vous désirez contribuer.  Que ce soit pour la préservation de l’environnement, l’aide à la recherche sur le cancer, l’accès à l’éducation pour de jeunes africains, vous trouverez assurément une cause qui vous touche.  Point intéressant

Mon expérience: Avec les terribles événements qui ont eu lieu récemment à Haïti, l’occasion se présentait donc à ce que je teste l’application.  J’ai mis la main à la pâte en donnant 10$ pour la cause.  Un numéro de carte de crédit, une page sécurisée, quelques minutes et le tour est joué.  Vous pouvez également donné du «pourboire» à l’équipe qui s’occupe de gérer les dons pour la cause et qui travaille donc d’arrache-pieds en ce moment.

Je conseille donc à tout le monde d’ajouter l’application et de contribuer à une cause quelque soit vos intérêts.   Super simple, super sécuritaire, super innovateur.  Le temps des téléthons est révolu.  Faisons maintenant place aux Facebookthons !





Flashmob pour HEC Montréal

4 12 2009

L’expression «flashmob» (foule éclair ou mobilisation éclair) est le «rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance avant de se disperser rapidement.»  Bien que plus facilement réalisable de nos jours puisque les« flashmobs» bénéficient d’un bon coup de main de la part d’Internet, le phénomène a existé bien avant l’ère des technologies telle qu’on la connait aujourd’hui.

Fait intéressant: Nos voisins du sud ont eux aussi connu  leur «flashmob» en 1968 que l’on appela le «Funeral Train» suite à l’assassinat de John F. Kennedy. Un «flashmob» d’un million de personnes étalé dans le temps selon les kilomètres (dû au parcours du train).

De nos jours, la mobilisation de foule éclair découle généralement de rassemblements organisés via des médias sociaux ou des emails viraux; la plupart des personnes ne se connaissant pas à l’origine.

Les étudiants de HEC Montréal a récemment exploité le concept en organisant un «flashmob» pour démontrer leur appui à une cause environnementale.  Une mobilisation «pour la planète» en vue du sommet de Copenhague (rencontre des pays industrialisés pour le phénomène des changements climatiques) qui se tiendra le 7 décembre si je ne m’abuse.  L’impact du vidéo sera toutefois proportionnel à son nombre de visionnement.  Croyez-vous le phénomène s’efflouflera légèrement avec la quantité, ma foi assez importante, de flashmob et de lipdub qui ont été réalisés dernièrement.  Au départ, le phénomène bénéficiait d’un grand engouement (avec la diffusion d’un lipdub de Montréal à Oprah, je crois).  Allons-nous nous tannés dans un futur très rapproché ?

LE FLASHMOB DE HEC MONTRÉAL

Je vous met également en lien le site web concernant le sommet de Copenhague 2009.

Et vous, trouvez-vous qu’il s’agit d’un bon moyen pour promouvoir une cause ?